Comment gérer mes eaux pluviales ?

Méli Mélo - Bzzz

Qu’appelle-t-on « eaux pluviales » ?
Explications avec cette vidéo humoristique présentée par le Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures et l’Eau (GRAIE).

Priorité à l’infiltration

La politique du tout tuyau est révolue. Pourquoi investir dans des réseaux de transport d’eaux pluviales alors qu’il est plus économique et plus bénéfique pour la nature d’infiltrer l’eau de pluie à l’endroit même où elle tombe ? Le règlement d’assainissement impose désormais d’infiltrer les eaux pluviales à la parcelle. Quelle que soit la nature du sol, des solutions d’infiltration existent.

En infiltrant vos eaux pluviales, vous :
– aidez les nappes phréatiques à se recharger,
– diminuez les quantités d’eau propre transportées et traitées inutilement à la station d’épuration,
– réduisez les déversements au milieu naturel d’eaux usées mélangées aux eaux pluviales,
– limitez les risques d’inondation causés par les débordements des cours d’eau ou des réseaux.

Légende photo : à l’échelle d’une ou de plusieurs parcelles, la noue est une solution particulièrement adaptée pour recueillir et infiltrer les eaux de pluie. Autre avantage, son aspect naturel apporte une touche paysagère au quartier, valorisant à la fois la biodiversité et le cadre de vie.

Télécharger la réglementation

priorite-a-linfiltration-des-eaux-pluviales-SYSEG

L'étude de sol,
l'étape indispensable de votre projet

Dans le cadre de votre projet d’aménagement, une étude de sol est demandée. Son objectif consiste à assurer la gestion des eaux pluviales au niveau de votre parcelle. La note technique disponible en téléchargement pourra être remise au bureau d’étude de votre choix afin de le guider dans sa prestation.

Téléchargez la note technique

shutterstock_746176720

Et si la nature de mon sol ne permet pas l’infiltration ?

La solution alternative consistera à infiltrer à minima la première pluie. Le dispositif de gestion des eaux pluviales sera complété par une rétention des eaux de pluie. Un débit de fuite régulé rejettera l’eau au milieu naturel ou à défaut dans le réseau d’eaux pluviales. Aucun rejet d’eaux pluviales n’est accepté dans un réseau d’eaux usées (strict ou unitaire).

shutterstock_716072485

Un geste pour les milieux aquatiques

grille eaux pluviales SYSEG

Ici commence la mer

Une grille d’eau pluviale est une porte d’entrée vers l’océan. Mégots, chewing-gum, hydrocarbures… tous les déchets jetés dans le caniveau ou directement à travers cette grille sont transportés avec l’eau pluviale vers une rivière, qui se jette dans un fleuve, qui se jette dans l’océan.

shutterstock_1054174385

Ne mégottez pas avec le tabac

Le mégot de cigarette est un véritable concentré de pollution qui participe à la détérioration de la qualité des milieux aquatiques.

En France, 30 à 40 milliards de mégots sont jetés chaque année, soit environ un millier par seconde. Plus de 40% se retrouvent dans la nature où ils peuvent mettre jusqu’à 15 ans pour se dégrader. Un mégot peut à lui seul polluer 500 litres d’eau.

 

shutterstock_110563268

Bricolez proprement

Pour éviter toutes pollutions, les peintures, solvants, laitances de ciment ou de plâtre… et autres produits de bricolage ne doivent jamais être versés dans les réseaux d’assainissement et d’eaux pluviales (évier, lavabo, toilettes, grilles d’eaux pluviales). Garder les résidus dans leur emballage d’origine ou dans des bocaux en verre et portez les à la déchetterie. Agissez de même avec les pesticides.

pollution-hydrocarbure-riviere-SYSEG

Vidangez sans danger

Les marées noires subies sur les côtes françaises laissent des traces dans nos esprits et sur notre littoral. Lorsque vous versez vos huiles de vidange dans le réseau d’eaux pluviales, vous provoquez une marée noire dans une rivière. Rapportez vos huiles de vidanges et autres déchets toxiques à la déchetterie.